mardi 27 février 2024

"Le prince des ténèbres, tome 1 : La mort dans l'âme" de Jeaniene Frost

Synopsis :
Leila souffre d’un pouvoir terrifiant qui la condamne à une vie de solitude : voir les secrets les plus sombres des gens !

Mais, enlevée par des créatures de la nuit, la voici contrainte d’entrer en contact télépathique avec le plus célèbre vampire du monde…Vlad Tepes !

Un être légendaire, révéré et détesté à la fois. Sa maîtrise du feu fait de lui l’un des vampires les plus craints de la planète, mais ses ennemis ont découvert une nouvelle arme contre lui : Leila, la belle mortelle aux pouvoirs aussi redoutables que les siens.

Mais lorsque Vlad et Leila se rencontrent, la passion se déchaîne et menace de les consumer. Ils devront conjuguer leurs efforts pour arrêter un adversaire déterminé à les voir périr dans les flammes.
 
Mon avis :
J'étais tombée sous le charme de la plume et l'univers de Jeaniene Frost avec sa saga "Chasseuse de la nuit". J'avais dévoré les tomes et enchaîné avec les spin-off. Cette saga centrée sur Vlad me tentait énormément, je m'étais d'ailleurs procurée ce premier temps au moment de sa sortie, mais je n'arrive pas à me souvenir de pourquoi je ne m'y suis pas plongée à l'époque... Cela faisait au moins 10 ans qu'il m'attendait dans ma PAL, je l'en ai enfin sorti et sans grande surprise, j'ai beaucoup aimé !
 
Depuis un accident survenu lorsqu'elle était enfant, Leila voit les plus profonds secrets des gens en les touchant avec sa main droite. Son pouvoir attire les convoitises, à tel point que des vampires l'enlèvent pour retrouver la trace du plus célèbre et redoutable d'entre eux, Vlad. Dès leur première rencontre, leur attirance est indéniable mais celle-ci pourrait bien causer leur perte...
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. La plume de Jeaniene Frost est toujours aussi agréable à lire et addictive à souhait. C'est bien écrit, fluide, prenant et plein de rebondissements. On ne s'ennuie pas un seul instant et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
 
Quel plaisir de se replonger dans les mots et l'univers de Jeaniene Frost, cela m'avait manqué ! Je pensais avoir un peu de mal à retrouver mes marques dans cet univers que j'aime tant mais que je n'avais pas revu depuis longtemps, mais j'ai eu l'impression de les avoir quitté hier et que rien n'avait changé. Depuis le temps, je ne me souviens que des grandes lignes de ses précédents romans, mais j'ai eu plaisir à revoir des personnages familiers. J'ai beaucoup aimé ce premier tome, cette saga s'annonce très prometteuse !
 
Je suis toujours aussi fan des personnages que nous offre l'auteure. J'étais déjà sous le charme de Cat et Bones mais Vlad et Leila sont tout aussi géniaux. J'ai beaucoup aimé Leila, ce petit bout de femme est impressionnant. Je ne sais pas comment elle a réussi à survivre avec tout ce qu'elle a vécu, à sa place, je pense que j'aurais arrêté de me battre depuis longtemps... J'ai adoré Vlad, et pourtant, ce n'était pas gagné. Il m'était assez antipathique dans la saga "Chasseuse de la nuit", mais j'ai découvert d'autres facettes de lui dans ce premier tome et je dois dire que j'ai beaucoup aimé ce que j'ai vu. J'ai hâte d'en savoir plus sur lui.  

J'ai bien aimé la fin mais elle nous laisse clairement sur notre faim...
 
Je ne regrette absolument pas d'avoir enfin pris le temps de me plonger dans cette nouvelle saga, j'ai beaucoup aimé. Maintenant que je suis lancée, je vais essayer de savourer chaque tome même si l'envie de les enchaîner est grande...

jeudi 22 février 2024

"Tu comprendras quand tu seras plus grande" de Virginie Grimaldi

Synopsis :
À 32 ans, Julia, psychologue ne croit plus au bonheur. Après avoir perdu successivement son père, son fiancé et sa grand-mère, elle se laisse aller sans réagir. Jusqu'au jour où elle répond, sur un coup de tête, à une offre d'emploi de thérapeute en maison de retraite à Biarritz.
 
Mon avis :
Cela fait des années que j'entends parler des romans de Virginie Grimaldi mais je n'avais jamais franchi le pas. Lors de ma dernière visite à Emmaüs, je suis tombée sur deux de ses titres, dont celui-ci, et je n'ai pas pu résister à la tentation. J'étais tellement curieuse d'en savoir plus que je n'ai pas laissé le temps à celui-ci de traîner dans ma PAL. Je n'en doutais pas mais j'ai beaucoup aimé !
 
En peu de temps, Julia a perdu son père, son amoureux et sa grand-mère. Elle est totalement perdue et répond sur un coup de tête à une annonce pour être psychologue dans une maison de retraite, alors qu'elle n'aime pas les personnes âgées, parce qu'elles côtoient la mort d'un peu trop près... Pourtant, au fil des semaines, elle va se prendre d'affection pour ses papys et mamies au grand cœur. Qui aurait pu penser que la vie en maison de retraite était aussi trépidante ?
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. La plume de Virginie Grimaldi est très agréable à lire et addictive à souhait. C'est bien écrit, fluide, prenant et plein de rebondissements. On ne s'ennuie pas un seul instant et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
 
J'ai vraiment adoré cette histoire ! Rien qu'avec son titre, je savais que j'allais passer un bon moment, mais je ne pensais pas autant aimer. Virginie Grimaldi nous offre une histoire toute en douceur, une vraie lecture « doudou » comme je les aime. Cette immersion au cœur d'une maison de retraite est un bonheur. Comme Julia, la mort me fait extrêmement peur et je suis mal à l'aise avec les personnes âgées. Avec ce roman, Virginie Grimaldi dédiabolise la vieillesse, les « vieux » sont des anciens jeunes, tout comme nous sommes de futurs vieux. Cette lecture m'a vraiment fait du bien.
 
J'ai beaucoup aimé la galerie de personnages que nous offre l'auteure, ils sont tous plus attachants les uns que les autres, même ce vieux bougon de Léon. Je me suis reconnue en Julia sur pas mal de points mais j'ai eu un peu de mal à comprendre pourquoi elle mettait une telle distance avec ses proches. Je suis complètement fan de Raphaël, je veux le même ! ^^

J'ai été bluffée par la fin, je ne m'attendais pas à ça. Virginie Grimaldi a su me surprendre, jamais je n'aurais pu imaginer ça. Pour le coup, j'ai adoré et je n'ai pas pu retenir quelques larmes. J'ai refermé ce livre avec le fameux sourire niais plaqué sur le visage. 

J'ai adoré cette première incursion dans l'univers et les mots de Virginie Grimaldi ! Je ne regrette absolument pas d'avoir cédé à la tentation, cette lecture n'est que la première d'une longue série, c'est une certitude !

mardi 20 février 2024

"La symphonie des monstres" de Marc Levy

 
Synopsis :
« Veronika est de ces femmes qui résistent même dans les pires moments. On ne choisit pas d’être infirmière si on accepte la défaite… Sa solitude, elle l’a apprivoisée. Dompter la peur, c’est autre chose. »

En rentrant chez elle un soir, Veronika découvre la disparition de son fils âgé de neuf ans. Désemparées, elle et sa fille Lilya cherchent à comprendre où Valentyn a été emmené. Elles vont remuer ciel et terre pour retrouver la trace du petit garçon – l’une animée par sa témérité d’adolescente, l’autre par sa détermination de mère. Mais l’ennemi est partout, et Lilya et Veronika ne pourront se fier à personne… ou presque.
Ensemble, elles vont tenter de déjouer « la Symphonie des monstres », un projet bien plus terrifiant qu’une fiction.
Au cours d’une aventure peuplée de personnages inoubliables, une mère et sa fille vont réapprendre à se connaître et à s’aimer.
 
Mon avis :
Étant une grande fan de la plume et l'univers de Marc Levy depuis des années, je ne pouvais pas passer à côté de son nouveau roman. Reçu au moment de sa sortie, j'avais hâte de m'y plonger mais je n'en ai pas eu le temps... C'est maintenant chose faite, l'histoire m'a mise mal à l'aise mais j'ai beaucoup aimé !
 
Valentyn a été enlevé par les Russes lors d'une rafle dans son école, sous prétexte de sauver des orphelins de la misère ukrainienne. Sa mère et sa sœur sont désespérées et vont tout tenter pour le récupérer. L'une décide de partir à sa recherche, munie de sa détermination et son sac à dos et l'autre va tenter une approche plus discrète mais tout aussi efficace grâce aux 9...
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. La plume de Marc Levy est toujours aussi agréable à lire et addictive. C'est bien écrit, fluide et prenant. On ne s'ennuie pas un seul instant et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
 
J'ai beaucoup aimé cette histoire mais elle m'a vraiment mise mal à l'aise. Marc Levy nous plonge au cœur de la guerre en Ukraine. L'histoire est hyper réaliste et certains faits sont réels. On sait dans les grandes lignes ce qu'il se passe là-bas mais être plongée en plein dedans est terrifiant. Ce n'est qu'une fiction mais on a l'impression d'y être... Dans cette histoire, on recroise les 9 mais ce livre peut se lire indépendamment de sa précédente saga. L'auteur nous redonne les infos nécessaires au moment opportun.  

J'ai adoré la galerie de personnages que nous offre Marc Levy dans ce roman. J'ai un gros coup de cœur pour Valentyn, ce garçon de 9 ans est plein de ressources et ne laisse pas son handicap décider de sa vie. J'ai adoré Veronika et Lilya, leur courage et leur détermination forcent le respect. Elles ont réussi à mettre leurs différents de côté et à réapprendre à s'écouter pour survivre à cette horrible situation, c'était beau à voir !
 
Je suis contente de la fin mais je l'ai trouvé bien trop rapide à mon goût. J'aurais aimé avoir plus de détails sur cette dernière opération et sur l'après...
 
Je n'en doutais pas mais j'ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Marc Levy, qui change de son style habituel. Je ne peux que le conseiller mais son réalisme concernant la guerre en Ukraine peut choquer certains lecteurs.
 
Je tiens, encore une fois, à remercier les Editions Robert Laffont pour m'avoir permis de découvrir ce livre !

jeudi 15 février 2024

"La charmante librairie des jours heureux" de Jenny Colgan

 
Synopsis :
Bibliothécaire à Birmingham, Nina était loin d'imaginer que la municipalité déciderait de déménager la totalité du service dans la grande médiathèque de la ville. Fini le contact avec les habitués, l'assurance que chaque lecteur trouve le livre qui lui convient. L'avenir se trouve désormais derrière un ordinateur. Mais Nina, passionnée des livres, ne l'entend pas de cette oreille. Un jour, Nina a une idée folle. Sur un coup de tête, elle achète un van et le transforme en librairie itinérante... à Kirrinfief, au cœur des Highlands écossais! Avec son minuscule stock de livres, Nina découvre une communauté chaleureuse. Et, qui sait, peut-être trouvera-t-elle un nouveau sens à sa vie ?
 
Mon avis :
J'ai tout de suite été attirée par ce livre, son titre était trop tentant, je ne pouvais pas résister à la tentation. Je ne m'y suis pas plongée aussi rapidement que je l'aurais voulu mais c'est maintenant chose faite. Malgré un début laborieux, j'ai finalement beaucoup aimé !
 
La bibliothèque dans laquelle Nina travaille vient de fermer ses portes, comme de nombreux autres puisque toutes les activités vont être regroupées dans une zone multimédia en plein centre-ville. C'est un coup dur pour Nina, elle ne se voit pas travailler dans ces nouveaux locaux totalement impersonnels surtout qu'elle ne pourrait plus conseiller les gens... Elle décide de faire une folie pour la première fois de sa vie : tout plaquer et acheter un van pour ouvrir une librairie ambulante. Cette décision va la mener jusqu'en Écosse où une toute nouvelle vie l'attend, remplie de jours heureux...
 
J'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire, je n'arrivais pas à accrocher. Le début était très mou, il ne se passait pas grand chose et certaines tournures de phrase m'ont laissé perplexe. Il m'a fallu une bonne centaine de pages pour finalement adhérer à l'histoire. La plume de l'auteure est toujours aussi agréable à lire, c'est bien écrit, fluide et prenant. Les pages se tournent toutes seules, une fois qu'on a réussi à entrer dans l'histoire.  

Ce que j'ai beaucoup aimé avec ce roman, c'est que l'auteure n'a pas été dans la facilité avec son intrigue romantique. Nina a le choix entre deux hommes totalement opposés. L'un représente l'amour rêvé/fantasmé, où tout est beau et se passe comme dans les livres qu'elle dévore. L'autre représente l'amour réel, celui où tout n'est pas toujours rose, où il faut apprendre à faire des compromis et des concessions pour faire durer son couple. Comme Nina, j'ai été nettement plus attirée par l'amour fantasmé que par le réaliste, mais la chute a été brutale. C'est un peu le danger à force de trop lire, on fantasme les histoires d'amour et du coup, l'amour réel est nettement plus difficile...
 
J'ai beaucoup aimé les personnages, je me suis énormément reconnue en Nina. C'est assez flippant, elle pense, parle et réagit comme moi, cela aurait clairement pu être mon histoire ! ^^

La fin est toute mignonne. Elle n'est pas celle que j'espérais au départ mais finalement, je la préfère à ce que j'avais imaginé, elle est beaucoup plus réaliste comme ça !
 
Ce roman est une chouette découverte, je ne regrette pas d'avoir persévéré, j'ai passé un très bon moment. Je ne peux que vous recommander cette histoire. Si vous êtes un amoureux des livres, vous allez adorer !

mardi 13 février 2024

"Ce rêve bleu" de Liz Braswell

Synopsis :
Aladdin est un vaurien.

Comme les autres habitants d'Agrabah, un pays pauvre, le jeune homme tente tant bien que mal de survivre. La princesse Jasmine, quant à elle, est sur le point de subir un mariage arrangé. Elle ne désire qu'une chose: échapper à son destin, découvrir ce qui se cache derrière les murs du palais.

Mais tout bascule lorsque le conseiller du sultan, Jafar, prend subitement le pouvoir. À l'aide d'une lampe étrange dotée de pouvoirs extraordinaires, l'effrayant personnages tente de briser les lois de la magie, de l'amour, et de la mort. Désormais, Aladdin et la princesse déchue doivent unir le peuple d'Agrabah et mettre au point une rébellion pour faire tomber un dictateur avide de pouvoir, qui menace de déchirer le royaume...

Ceci n'est pas l'histoire d'Aladdin telle que vous la connaissez. C'est une histoire de pouvoir. De révolution. D'amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.
 
Mon avis :
Cette série « Twisted Tales » me tentait depuis sa sortie en France, j'ai d'ailleurs quasiment tous les tomes dans ma PAL. Pourtant, j'avais des réticences à me plonger dans ce premier tome, étant donné que tous les avis que j'ai pu lire dessus étaient très mitigés voir négatifs. J'ai donc repoussé cette lecture encore et encore, mais j'avais dans le même temps très envie de me lancer. C'est maintenant chose faite. J'ai beaucoup aimé la réécriture de l'histoire mais j'ai moyennement accroché...
 
Dans la ville d'Agrabah, beaucoup d'habitants peinent à survivre alors que le sultan et sa fille vivent coupés de la réalité dans l'opulence. Aladdin est un vaurien mais il ne vole que pour se nourrir. La princesse Jasmine s'enfuit du palais pour échapper à un mariage arrangé et fait la connaissance du jeune homme. L'histoire aurait pu en rester là si le grand vizir Jafar n'avait pas trouvé une lampe magique accompagnée de son génie. Il prend le pouvoir et sème la terreur sur la ville en tentant de briser les lois de la magie. Aladdin et Jasmine vont alors tout faire pour unir le peuple d'Agrabah et faire tomber le dictateur avant qu'il ne soit trop tard...
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. La plume de l'auteure est agréable à lire, c'est bien écrit, fluide et prenant.  

Dans l'ensemble, j'ai beaucoup aimé cette revisite de l'histoire d'Aladdin mais le récit est d'une violence extrême par moment et je ne m'attendais clairement pas à ça, ce livre est censé être une lecture jeunesse... Pour le coup, certains passages sont extrêmement longs, bien plus que nécessaire, et d'une violence que je ne juge vraiment pas utile. Le fait qu'il y ait des scènes violentes n'est pas un problème, tout n'est pas toujours rose dans la vraie vie, mais honnêtement, il n'était pas nécessaire qu'elle le soit autant. L'histoire n'en avait pas besoin. Cela la plus des desservi qu'autre chose à mon avis. Par contre, j'ai beaucoup aimé découvrir cette histoire sans son élément essentiel, à savoir la possession de la lampe par Aladdin. Sans avoir accès à la magie du génie, il arrive quand même à séduire Jasmine et à éliminer Jafar, mais pour y arriver, les personnages ont dû faire énormément de sacrifices...
 
J'ai adoré les personnages. On les découvre vraiment sous un autre jour avec ce roman et franchement, on ne les imaginait pas comme ça. C'était chouette de les redécouvrir.  

J'ai bien aimé la fin. Le « bien » finit par triompher mais à quel prix...

La lecture de ce premier tome est en demie teinte pour moi. Cela dit, j'ai hâte de pouvoir me plonger dans les suivants, surtout que leurs avis sont beaucoup plus positifs et qu'ils m'attendent dans ma bibliothèque !

jeudi 8 février 2024

"La commode aux tiroirs de couleurs" de Olivia Ruiz

Synopsis :
À la mort de sa grand-mère, une jeune femme hérite de l’intrigante commode qui a nourri tous ses fantasmes de petite fille. Le temps d’une nuit, elle va ouvrir ses dix tiroirs et dérouler le fil de la vie de Rita, son Abuela, dévoilant les secrets qui ont scellé le destin de quatre générations de femmes indomptables, entre Espagne et France, de la dictature franquiste à nos jours.
 
Mon avis :
Ce livre me faisait envie depuis sa sortie mais malheureusement entre ma panne de lecture et les aléas de la vie, cette envie de lecture est tombée aux oubliettes... Fin décembre, je fais un tour à Emmaüs en grande conviction et à ma grande surprise, je suis repartie avec 6 livres, dont celui-ci. D'une semaine après, je me plongeais dedans. Dévoré en une soirée, j'ai beaucoup aimé !
 
Après le décès de son abuela, sa petite fille hérite de sa mystérieuse commode aux tiroirs de couleurs. Celle-ci l'a toujours intrigué étant enfant, les tiroirs étaient fermés à clé, laissant la petite fille et ses cousins imaginer des milliers de secrets... Un soir, elle décide de percer les secrets de Rita en ouvrant les tiroirs un à un. Rita y a laissé toute son histoire, qu'elle avait toujours gardé pour elle... Le voyage dans ses souvenirs ne va durer qu'une nuit mais va changer toute la vie de sa petite fille...
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. La plume d'Olivia Ruiz est très agréable à lire et addictive à souhait. C'est bien écrit, fluide et prenant. On ne s'ennuie pas un seul instant et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire. Je n'ai pas pu lâcher ce livre avant de l'avoir fini.
 
J'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. J'ai adoré me plonger dans l'histoire de Rita, elle est bouleversante et prend aux tripes. Par moment, j'ai eu le cœur serré et les larmes au bord des yeux. A d'autres moments, j'avais la chanson d'Olivia Ruiz «J'traîne des pieds » qui me revenait en tête quand elle évoque le café de sa famille. Je ne sais pas quelle est la proportion de fiction et de réalité dans cette histoire, mais on sent qu'Olivia Ruiz y a mis toutes ses tripes et c'est réussi !
 
J'ai adoré les personnages, ils sont hauts en couleur comme je les aime. Rita est un sacré bout de femme, elle m'a impressionné ! Ce n'est qu'après ma lecture que je me suis rendue compte que l'on ne connaît pas le prénom de la narratrice mais tout laisse à penser qu'Olivia Ruiz parle d'elle. N'oublions pas le personnage le plus important de cette histoire, la fameuse commode. Au final, on la croise peu dans l'histoire mais sans elle, ce récit n'aurait pas la même saveur.  
 
La fin est mignonne comme tout, j'ai adoré ce que fait la petite fille pour son grand-père afin de lui redonner le goût de vivre après le décès de l'abuela. La méthode est surprenante mais semble très efficace. Dans la même situation, je ne pense pas que j'aurais eu cette idée...
 
Ce roman est vraiment une chouette découverte, j'ai beaucoup aimé ! J'étais déjà fan de la plume d'Olivia Ruiz dans ses chansons, je le suis aussi pour ses romans !

mardi 6 février 2024

"Les Aiguilles d'or" de Michael McDowell

Synopsis :
An de grâce 1882. New York fête la nouvelle année entre opulence et misère. Dans les beaux quartiers, le juge James Stallworth a pour grand projet d'éradiquer le vice de l'un des coins les plus gangrenés de la ville, le tristement célèbre Triangle Noir. Avec l'aide de son fils, Edward, pasteur moralisateur aux sermons incendiaires, et de son gendre, Duncan, jeune avocat promis à un brillant avenir, le juge compte bien faire un exemple retentissant en annihilant une lignée corrompue de criminelles : les Shanks.
 
Mon avis :
Ce livre me faisait envie depuis sa sortie, j'avais hâte de me replonger dans l'univers et les mots de Michael McDowell après la claque qu'a été sa saga « Blackwater ». Le Père Noël est sympa et me la déposé au pied du sapin. J'étais tellement curieuse d'en savoir plus que je ne lui ai même pas laissé le temps de passer par la casse PAL, je me suis jetée dessus. Malgré un début un peu difficile, j'ai finalement beaucoup aimé !
 
L'année 1882 vient de débuter à New York où l'opulence et la misère vivent côte à côte. Un homme à l'ambition démesurée veut éradiquer le vice d'un des quartiers les plus touchés, le Triangle Noir. Aidé de sa famille, le juge Stallworth a décidé de faire tomber une des familles les plus corrompues du quartier pour en faire un exemple. Mais s'attaquer aux Shanks est un jeu dangereux...
 
J'ai eu énormément de mal à entrer dans l'histoire, je n'arrivais pas à accrocher. Cette histoire est beaucoup moins addictive que « Blackwater » et le côté surnaturel me manquait. J'ai quand même persévéré et j'ai très bien fait. Il m'a fallu quasiment 200 pages pour vraiment entrer dans l'histoire mais à partir de ce moment-là, je n'ai pas pu lâcher ce roman avant de l'avoir terminé. La plume de l'auteur est toujours aussi agréable à lire et addictive. C'est bien écrit, fluide et prenant. Les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
 
J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. J'ai adoré voir le bien et le mal s'affronter. D'ailleurs, le mal n'est pas toujours celui qu'on croit, les apparences peuvent être trompeuses...
 
La galerie de personnages que nous offre Michael McDowell dans ce roman est fascinante. Au début, j'ai détesté tous les personnages, Stallworth et Shanks confondus. Plus j'avançais dans ma lecture et plus mes sentiments étaient mitigés. Les Stallworth, censés être des gens biens sous tout rapport, sont de vraies pourritures alors que les Shanks, qui représentent le mal et le vice ne sont pas si mauvais. On finit très vite par choisir un camp et honnêtement, ce n'est pas celui sur lequel j'aurais parié à la base...
 
J'ai vraiment adoré la fin, elle est juste parfaite ! Je ne m'attendais franchement pas à ça mais je ne pouvais pas espérer mieux !
 
Je tiens à souligner le travail éditorial des éditions Monsieur Toussaint, leurs livres ont toujours des couvertures magnifiques qui regorgent de détails. J'observe toujours leur couverture avant de commencer ma lecture et je m'y replonge après pour découvrir des détails qui m'avaient échappé. Elles sont splendides et extrêmement bien travaillées, elles donnent vraiment envie de découvrir les histoires qu'elles cachent !  

Encore une fois, je suis sous le charme de la plume et l'univers de Michael McDowell ! J'ai beaucoup aimé cette histoire et je lirai les autres romans de l'auteur sans aucune excitation !

jeudi 1 février 2024

Bilan lecture du mois de Janvier 2024

           
 
Et voila, nous sommes déjà le premier du mois, il est maintenant temps de refaire le point sur mes lectures du mois passé !

Cliquez sur les couvertures pour lire mes avis

 
6 livres lus en Janvier, pour un total de 2317 pages !
L'année commence bien niveau lecture, je suis plutôt contente de ce bilan. Je suis toujours à jour dans mes chroniques et j'ai fait un gros tri dans ma bibliothèque en enlevant les livres qui y trainent depuis très longtemps et que je sais que je ne lirai probablement jamais...



Côté acquisitions, un achat d'occasion et des services presse ce mois-ci... Je vous laisse découvrir tout ça !
 
 
La trilogie du Tearling, tome 3 : Destin de sang de Erika Johansen (Achat occasion)
La meilleure écrivaine du monde de Jonathan Werber (Service Presse)  
Le chant des sirènes de Amy Goldsmith (Service Presse)
 
3 nouveaux livres ont rejoint ma Bibliothèque ce mois-ci. Ma PAL papier est donc de 140 livres ! Espérons que j'arrive à la réduire dans les mois qui viennent...

Voila, c'est tout pour cette fois-ci !

Je vous retrouve très vite pour de nouveaux avis livresques.

Bisous les Copinautes !
 

mardi 30 janvier 2024

"Un coeur pour Noël" de Sophie Jomain

Synopsis :
Je m'appelle Avril et j'ai 18 ans. Je suis née avec un trouble au cœur, un cœur défaillant qui aurait pu me tuer. J'ai été transplantée il y a bientôt deux ans ? Alors, tout a changé. Cette année, je vais fêter mon premier Noël dans les Alpes, chez mon père, dans ce corps que j'ai peur d'abîmer. Dans ce corps que j'ai besoin de réveiller... Je suis morte de trouille, mais les miracles sont faits pour qu'on y croie, pas vrai ? Et j'ai peut-être raison d'y croire, car à peine arrivée, je rencontre Augustin, et tout est chamboulé. Ma vie ne fait que commencer.
 
Mon avis :
Tous les ans, j'ai envie de me prendre un calendrier de l'avent mais je ne trouve jamais de modèle qui me plaise à 100 %. Alors quand j'ai appris que Sophie Jomain, auteure que j'adore, sortait un roman jeunesse en mode calendrier de l'avent, je n'ai pas pu résister à la tentation. Il a été un peu difficile à trouver mais j'étais largement dans les temps pour pouvoir le commencer le 1er décembre. Je suis complètement fan du concept et l'histoire est top, j'ai adoré !
 
Voilà maintenant pratiquement 2 ans qu'Avril a reçu un nouveau cœur qui lui a sauvé la vie. Depuis, elle vit dans un monde aseptisé où elle ne prend aucun risque, elle est devenue spectatrice de sa propre vie. Elle va passer les fêtes dans les Alpes avec son père, qui espère la voir reprendre une vie quasiment normale... Il se pourrait bien que le frère de sa meilleure amie soit le déclic qui lui manquait...
 
Dès les premières pages, j'ai été embarquée par l'histoire. C'est toujours un plaisir de se replonger dans les mots de Sophie Jomain ! C'est bien écrit, fluide, prenant et addictif. Si ce roman n'avait pas été un calendrier de l'avent, j'aurais enchaîné les pages, c'est une certitude...
 
J'ai vraiment adoré cette lecture ! Le concept du calendrier de l'avent avec un chapitre à découvrir tous les jours est génial. Certaines fins de chapitre étaient terriblement frustrantes, j'ai vraiment pris sur moi pour jouer le jeu jusqu'au bout et ne pas céder à la tentation. L'histoire que nous a offert Sophie Jomain est mignonne comme tout. C'est doux et mignon, mais sans tomber dans le gnangnan. C'est hyper réaliste, on y croit sans problème.  

Je suis fan de la galerie de personnages que nous offre l'auteure. Avril m'a fait de la peine, elle ne vivait plus, elle survivait... Heureusement, Augustin a su lui montrer qu'elle pouvait être maîtresse de son destin. Elle est la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour elle. Sa force de caractère est assez impressionnante et impose le respect. J'ai adoré Augustin, il est trop mignon. C'est un peu le mec idéal. Perso, j'en veux bien un comme ça (mais de mon âge si possible !^^).  

La fin est top ! Sophie Jomain a pris un malin plaisir à nous faire douter jusqu'au bout mais je ne pouvais pas espérer un meilleur dénouement. J'ai refermé ce roman avec le fameux sourire niais plaqué sur le visage...
 
Je suis complètement fan du concept de « romance de l'avent » et de l'histoire que nous a offert Sophie Jomain ! Je suis plus que partante pour renouveler l'expérience tous les ans avec de nouvelles histoires !

jeudi 25 janvier 2024

"Mary Simple enquête, tome 1 : Tempête dans un encrier" de Coline Gatel

Synopsis :
Mary Simple approche de la soixantaine, et depuis qu'elle est veuve, elle a quitté l'Écosse pour revenir en France, dans sa région natale : le Morvan. Elle est flexitarienne, joue de la cornemuse (du Centre) et boit volontiers du vin rouge... bio. Plus par plaisir que par besoin, elle écrit des livres sur les plantes, qu'elle vend en participant à de petits salons locaux. Mais ce week-end là, rien ne va se dérouler comme d'habitude... D'abord, il y a cet auteur de polars qui lui fait du rentre-dedans. À son âge, c'est inespéré !... Et puis ce vieux décrépi que son amie Alice lorgne sans vergogne. Rien ne tourne vraiment rond, et surtout pas Alice qui lui cueille devant le nez le fringant auteur de polars avec qui elle passe la nuit ! Le lendemain, Mary arrive la première dans la salle où se déroule le second jour de la manifestation. Mal lui en prend : affalé sur une table, elle découvre le cadavre du vieux décrépi, la plume du jeune arrogant planté dans l’œil ! Alice est dans le collimateur de la police, jugée coupable idéale. Pour sauver son amie, Mary se retrouve donc à mener l'enquête, au côté du fringant auteur de polars (sans rancune) et d'un lieutenant de police étrange et amateur de sexagénaires en goguette...
 
Mon avis :
Voilà près de 12 ans que j'ai découvert la plume de Coline Gatel avec sa saga auto édité « Les étrangers du temps ». Depuis, je lis tous des romans sans exception, sans même lire le résumé. Celui-ci n'a pas échappé à la règle et je ne lui ai pas laissé le temps de traîner dans ma PAL. Encore une fois et sans grande surprise, j'ai beaucoup aimé, même si j'ai moins adhéré à ce nouveau style pour l'auteure.

Après le décès de son mari, Mary Simple est de retour dans son Morvan natal. Elle écrit des livres sur les plantes et participe à des salons du livre pour les vendre. Lors du dernier salon, un auteur est assassiné et c'est elle qui fait la macabre découverte. Pour innocenter sa meilleure amie, elle aussi auteur présente sur le salon, Mary décide de mener l'enquête...
 
J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, je n'arrivais pas à te retrouver le style de Coline Gatel dans ce roman. Elle nous a habitué à des polars assez sombres et la découvrir avec du cosy mystery m'a perturbé. Il m'a fallu du temps pour m'y faire mais la magie a fini par opérer. C'est toujours aussi bien écrit, fluide et prenant. On ne s'ennuie pas un seul instant et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.
 
C'était étrange de découvrir la plume de Coline Gatel dans un autre style littéraire, cela surprend mais le pari est réussi. On se laisse facilement embarquer et Mary Simple est vraiment détonnante. On se prend très vite d'affection pour elle, c'est vraiment une personne que l'on aimerait avoir à nos côtés. Elle est entière, franche et totalement barrée, j'ai adoré ce petit bout de femme !
 
J'ai beaucoup aimé la galerie de personnages que nous a offert l'auteure. Tout au long de notre lecture, on doute de chacun d'entre eux, tout le monde est suspect. D'ailleurs, l'un d'eux me semblait trop parfait pour être honnête, et je ne me suis pas trompée, je l'avais dans le collimateur depuis un moment...
 
J'ai adoré la fin. J'avais deviné une partie de la vérité mais Coline Gatel a quand même réussi à me surprendre avec son dénouement. D'ailleurs, la fin reste suffisamment ouverte pour supposer qu'on va recroiser le coupable dans la suite des aventures de Mary Simple, l'histoire est loin d'être finie !
 
Ce n'était pas gagné mais finalement, j'ai passé un très bon moment avec ce premier tome des aventures de Mary Simple ! Coline Gatel nous montre encore une fois qu'elle peut tout écrire. Je lirai les suites avec grand plaisir, il ne reste plus qu'à patienter jusqu'à leur sortie !