vendredi 3 novembre 2017

"Ne fais confiance à personne" de Paul Cleave

Synopsis :
Il y a pire que de tuer quelqu'un : ne pas savoir si on l'a tué.

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d'abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes et favoriser un passage à l'acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l'abri de faire de leurs fictions une réalité.

Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd'hui où il en est. À force d'inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n'aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu'il est persuadé d'avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d'être inspirées de faits réels, l'étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Mon avis :
Paul Cleave fait partie de ses auteurs que j'adore et dont j'achète les romans les yeux fermés. Depuis que je savais que ce sixième roman allait enfin sortir, je n'avais qu'une hâte : pouvoir me le procurer, mais au vu de son prix, je n'ai pas pu me l'offrir dès sa sortie. Lorsque j'ai su que Paul Cleave serait à Gradignan pour le salon Lire en Poche, j'étais dégoûtée de ne pas pouvoir m'y rendre. Mes parents étant sur Bordeaux pour le weekend, je les ai missionné pour me faire dédicacer un de ses romans et me prendre celui ci par la même occasion. Il n'a pas eu le temps de trainer dans ma PAL, je l'ai dévoré. Même si je le trouve un poil en dessous de ses prédécesseurs, j'ai une nouvelle fois beaucoup aimé !

Jerry Grey est un célèbre auteur de thrillers. Alors qu'il est en pleine relecture de son nouveau roman, on lui apprend qu'il est atteint d'un alzheimer précoce. Sa mémoire lui fait défaut mais il se souvient d'avoir tué des gens (et d'y avoir pris plaisir). On lui affirme que les meurtres qu'il décrit avec autant de précision ne sont que fictions tirées de ses romans à succès. Pourtant, la police commence à le soupçonner de ne pas être qu'un auteur de thrillers à l'imagination très fertile. Jerry va devoir mener l'enquête pour démêler le vrai du faux et prouver son innocence, si c'est vraiment le cas...

Dès les premières pages, j'ai été embarqué par l'histoire. Je suis toujours aussi fan de l'univers et la plume de Paul Cleave. C'est à chaque fois un régal à lire et addictif à souhait. C'est bien écrit, fluide, prenant et plein de rebondissements. On ne s'ennuie pas une seule seconde et les pages se tournent toutes seules, tellement on a envie de connaitre le fin mot de l'histoire.

Je suis complètement fan de l'idée de départ de ce roman que je trouve absolument brillante. Ce roman fait écho à une réflexion que je me suis faite à plusieurs reprises à propos de cet auteur. Il écrit des scènes extrêmement gores par moment, comme la scène du parc dans Un employé modèle qui a traumatisé plus d'un lecteur, ce qui m'amène à penser que soit il a une imagination débordante, soit il est aussi "fou" que ses personnages. Avec ce que les auteurs de thrillers arrivent à nous faire gober en nous mettant dans la peau du tueur, la question se pose de savoir si ces histoires n'ont pas été vécu pour qu'elles soient racontées de façon aussi réalistes. Comme dit Jerry, "écris ce que tu connais et fais semblant pour le reste", en espérant que ce ne soit pas le vrai adage de nos auteurs de thrillers préférés... ^^
Ce que j'aime avec cet auteur, c'est que toutes ses histoires se passent dans la même ville, ville dans laquelle je n'aimerai pas vivre vu le nombre de barjos qui y vivent... Ce lieu commun lui permet de faire des clins d’œil à ses autres romans dans chacun d'entre eux, et ça j'adore !

J'ai beaucoup aimé les personnages. Jerry m'a fait de la peine. Cela doit être terrible de perdre peu à peu la mémoire, au point de ne plus se rappeler du nom de la personne qui partage sa vie depuis plus de 25 ans ou d'avoir le souvenir d'avoir commis des meurtres alors qu'ils n'ont eu lieu que dans votre imaginaire... Je me suis énormément attachée à lui, j'avais envie de l'aider à démêler le vrai du faux et à se souvenir. Les autres personnages me semblaient plus louches les uns que les autres. Pour certains, mon intuition s'est révélée exacte, pour d'autres non.

Je n'ai pas vu venir ce dénouement, je ne m'attendais absolument pas à ça. J'ai eu des doutes mais au final, je n'avais aucune idée de la vérité. J'ai beaucoup aimé cette fin, elle est totalement inattendue e surprenant, même si je suis triste pour Jerry... Paul Cleave a encore fait fort, même si c'est dans un autre style que celui auquel il nous avait habitué.

Encore une fois, Paul Cleave ne m'a pas déçue avec son nouveau roman. L'histoire est bien trouvée et très bien menée. Mon seul bémol est sur le fait que cette histoire est un peu en dessous de ses prédécesseurs. Le problème, c'est que Paul Cleave nous a tellement habitué à des histoires extrêmement fortes et gores, que quand elles le sont un peu moins, ça nous "déçoit" alors que c'est quand même un très bon cru ! Je n'ai qu'une chose à ajouter, vivement la prochaine récolte ! ^^


Encore merci à Paul Cleave pour sa gentillesse, en espérant pouvoir le rencontrer une prochaine fois !
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Je ne connais pas du tout cet auteur! Pourtant, je pense que ça pourrait me plaire, merci pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi, tu ne connais pas encore Paul Cleave ?!? Il faut absolument remédier à cette erreur ;) Nan mais sans rire, ses livres sont absolument géniaux. Si tu veux le découvrir, je te conseille de commencer par "Un employé modèle"

      Supprimer